LES INFOS D'AUTREFOIS

Extrait du livre ; l’art d’élever les oiseaux  en cage et en volière  par Céline FLEURIOT.1890

 

(Textuellement à la virgule près.)

 

Nourriture des serins pendant l’accouplement.

 

Quand les serins sont accouplés, on leur présente, pour aliment ordinaire, de la navette, du millet, de l’alpiste et du chènevis ; on mélangera ces graines de façon que, sur un demi-litre de chènevis, autant d’alpiste et un litre de millet, on y mettra six litres de navette bien vannée. On conserve ce mélange dans une boite bien fermée et on en remplit tous les jours l’auget des serins. On leur donne, outre ces graines, un petit morceau d’échaudé ou de biscuit dur, surtout lorsqu’on que la femelle est prête à pondre ; on leur donnera encore, pendant les huit premiers jours qu’ils sont en cage, beaucoup de laitue : cela les purge ; mais il faut en même temps ôter tous les jeunes oiseaux, qui s’affaibliraient beaucoup par cette nourriture.

 

Nourriture des perruches ondulées.

 

Au point de vue de l’hygiène et de l’économie, la nourriture des perruches doit être composée ainsi :

          Gros millet  60 grammes.

          Petit millet  15   --------

          Canarie       13   --------

          Chènevis      4    --------

          Avoine         8    --------

                           -------

                            100 grammes.

 

Les mélanges peuvent varier à l’infini, car la dose de canarie peut monter jusqu’à 50 pour 100 selon son prix ; mais il faut éviter de donner beaucoup de chènevis ni d’avoine, c’est excitant.

Le millet en grappe est préféré, c’est un vrai régal pour elles.

Avec le grain, il faut de la verdure, nourriture rafraîchissante par excellence ; chicorée, laitue, cresson, mâches, mouron blanc, séneçon, etc.

Surtout pas de mouron rouge ni de persil, ce sont des poisons pour ces jolis pensionnaires.

On peut leur jeter quelques racines de chiendent en touffes entières avec la terre adhérente, les jeunes surtout les affectionnent beaucoup et s’en trouvent bien.

Quoique la perruche ne se baigne jamais et ne boive guère, il lui faut toujours un peu d’eau fraîche ; puis pour la formation de la coque des œufs à pondre, il est nécessaire d’avoir des écales d’œufs ou quelques vieux plâtras où elles trouveront des miettes de salpêtre, dont elles sont avides. Aussitôt que les jeunes mangent seuls, ils iront à la mangeoire commune, il est plutôt nuisible qu’utile de leur donner des œufs durs,du pain, etc.

En général, les friandises, sucre, bonbons, étant mauvaises pour les oiseaux, il faut éviter de leur en donner ; du reste, les perruches n’y touchent guère.

 

C’était ainsi au 19e siècle. Quel bouleversement depuis ………………

 

Prochainement : manière d’instruire les serins au flageolet et à la serinette.

 

Dédé.

 

 

NOUVELLE RECETTE DE DEDE

 

 

                                            Recette du biscuit d’élevage

                                          ---------------------------------------

    

     ---- 10 œufs ;

     ---- un quart de litre de lait ;

     ---- 1,500 kg de farine ;

     ---- 25 grammes de levure fraîche de boulanger ;

     ---- le jus d’un citron ;

     ---- 125 grammes de beurre.

    

     Faire lever la pâte, (deux heures environ), cuire au four 20 minutes à feu vif, puis à feu doux jusqu’à cuisson complète.

     Laisser refroidir.

     Couper le gâteau en tranche.

     Laisser rassir et sécher pendant quelques jours.

     Passer à la moulinette pour réduire en poudre.

     Tenir au sec dans un sac en toile.

 

 

 

 

 

                                             Recette du biscuit de sevrage

                                           -----------------------------------------

 

     ---- 10 œufs ;

     ---- 300 grammes de farine ;

     ---- 300 grammes de sucre ;

     ----le jus d’un citron.

 

     Séparer les jaunes d’œufs des blancs.

     Délayer le sucre dans les jaunes.

     Battre les blancs en neige et les incorporer ainsi que la farine et le jus de citron au mélange sucre-jaune d’œuf.

     Mettre la pâte dans un moule beurré.

     Cuire un quart d’heure à feu vif, puis à feu doux, jusqu’à cuisson complète.

     Laisser refroidir le gâteau, couper en tranches, puis sécher au soleil pendant quatre à cinq jours.

     Réduire en poudre et placer dans un sac en  toile.

     Tenir au sec dans un endroit bien aéré.

 

                                     ------------------------------------------